Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2003

Linkedin, après le PageRank bientôt le LinkedinRank ?

J'utilise depuis quelques semaines Linkedin, site de social-networking, orienté business, tandis que des systèmes reposant sur le même principe mais destinés au grand public connaissent depuis maintenant quelques mois un succès grandissant (Tribe, Friendster,....). En autre site version business il existe aussi Ryze.

Le slogan de Linkedin, "your network is bigger than you thinkTM" est clair sur les obectifs du site, à savoir établir un maximum de contact grâce à vos relations déjà existantes, d'ailleurs ce slogan est une marque déposée ! Ainsi l'annuaire des membres est classé en fonction du nombre de connections que vous avez établies avec d'autres membres de Linkedin. Le système est intelligent est assez bien fait. Il faut un petit peu de temps pour bien comprendre son fonctionnement, mais quand on a pris le temps de bien comprendre c'est que généralement on est prêt après à en parler à tous ses contacts professionnels pour qu'ils s'inscrivent et qu'ils établissent avec vous une connection.

Pour en revenir à l'organisation du site il apparaît clairement que plus on a de connexions plus on est un contact potentiellement utile. Comme Loïc Le Meur, désormais en tête pour la France le faisait remarquer sur son blog il récolte ce qu'il a semé sur Linkedin, c'est à dire des contacts intéressants en plus et quelques sollicitations aussi.
Je me demande vraiment comment les choses vont évoluer. Les utilisateurs vont-ils rapidement se lasser, de ce qui n'est en fin de compte qu'un annuaire. Même si c'est avant tout un annuaire vivant et un lieu d'échange. A voir l'augmentation rapide du nombre de membres, par exemple pour la France doublement en 15 jours de 500 à 1000 membres, je pense que les choses devraient évoluer dans le bon sens. Surtout va-t-on voir arriver pour les individus l'équivalent du PageRank de Google pour les site web ? On verrait ainsi naître des interrogations, "voyons lui, quel est son LinkedinRank ? est ce qu'il a vraiment un tissu relationnel conséquent et donc en quelque sorte de l'influence".
Poursuivant cette logique jusqu'au bout je me demande quand va-t-on voir les premiers spams du système. A savoir créer des individus bidons uniquement pour les lier à vous et augmenter votre nombre de connections et donc on peut quasiment le dire votre valeur potentielle au sein du système (je précise que je n'ai pas encore essayé).
Heureusement, la valeur réside surtout dans le fait que lorsqu'on consulte la fiche de quelqu'un avec qui l'on est pas connecté on se voit indiquer par qui entrer en contact avec lui. Ce point ne peut être l'objet de falsification et c'est ce qui évitera les dérives que j'évoque.

Pour comprendre la genèse de ce service lancé début mai 2003 consultez l'espace de discussion le concernant sur le wiki de Joi Ito.

Donc Linkedin vous l'aurez compris est à suivre de prêt. D'ailleurs si vous lisez ce billet, en plus jusqu'au bout, vous me connaissez maintenant un peu alors établissons une connection sur Linkedin entre nous ;-)

Commentaires

Jean-Luc Raymond de Mediatic a ecrit le 6 janvier 2004 un billet intéressant sur Linkedin, je rejoins en grande partie son avis. Je pense néanmoins que les choses sont claires sur Linkedin, on y est plutôt pour raisons professionnelles que pour se faire des amis 1 donc parler de mensonge ne me semble pas approprié. Sinon, je pense que si le système reste tel qu'il est il s'essoufflera rapidement, je doute par contre qu'il reste justement tel qu'il est actuellement.

Lien vers le billet sur Mediatic :

http://mediatic.blogspot.com/2004_01_01_mediatic_archive.html#107334212666437562" target="_blank" title="Ouverture dans une nouvelle fenêtre">" target="_blank">http://mediatic.blogspot.com/2004_01_01_mediatic_archive.html#107334212666437562

Écrit par : Benoit | 06/01/2004

Ceux qui ont connu par ex. la Silicon Valley de l'intérieur ont peut-être formé une génétique favorable à ces systèmes de réseautage : c'est en tramant ses relations que l'on construit ses habits socio-professionnels. Ces réseaux sont avant tout un univers comportemental et toutes les attaques y sont possibles. La meilleure défense réside peut-être dans la "tenue" d'une masse critique de ses membres.



Écrit par : Patrick Corsi | 18/05/2004

Les commentaires sont fermés.