Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2004

Magnifique photoblog sur la ville de New-York

Signalé par Mediatic, rion.nu l'adresse d'un magnifique photoblog. De superbes photos de New-York, vraiment ca vaut le détour.

26/01/2004

Responsabilité des hébergeurs : Metrobus contre Ouvaton, une affaire en délibéré à suivre de près

Metrobus lors d'une nouvelle audience qui avait lieu aujourd'hui demande au juge rien de moins qu'un changement de la jurisprudence concernant le fait pour un hébergeur de vérifier l'identité de ses clients. "Nous leur avons fourni les noms et coordonnées des deux personnes qui avaient souscrit pour l'hébergement du site, ainsi que leurs adresses IP et le numéro de la transaction", a expliqué Alexis Braud, son président, à tf1.fr Comment un hébergeur pourrait-il faire plus, sauf à se lancer dans des processus qui finirait par rendre impossible par exemple les hébergements gratuits.

Christophe Abric journaliste de TF1 explique très bien l'affaire et les enjeux.

24/01/2004

La LEN repoussée en avril au Sénat

Voir cette brève de VNUnet:

la loi sur la confiance dans l'économie numérique devait repasser en deuxième lecture au Sénat le 6 février 2004. Selon la Ligue Odebi, le texte défendu par Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'Industrie, ne passera au Palais du Luxembourg qu'en avril 2004.


C'est plutôt une bonne nouvelle si l'on estime qu'on va pouvoir profiter de ce délai pour expliquer, se faire entendre et montrer les problèmes induits par le texte dans son état actuel. Les sénateurs avaient initialement plutôt "amélioré" le texte sur lequel les députés avaient ensuite apporté des corrections inquiétantes notamment pour les plates-formes de blogging et les hébergeurs de sites en général.

Par contre attention à ne pas passer totalement à autre chose pour se réveiller subitement en avril et se rendre compte que la loi est passée en l'état ou presque.

22/01/2004

Quel avenir pour weblogues.com ?

Depuis aujourd'hui les blogs Haut Et Fort peuvent notifier par un simple ping leur mise à jour au moteur Weblogues (les pings vers weblogs étaient déjà possibles).
Merci à Marc-Olivier responsable de Weblogues et à Jean-Baptiste Clot responsable de CanalBlog pour leurs conseils.

J'en profite pour vous inviter à lire et à commenter ce billet de Marc-Olivier "Quel avenir pour weblogues.com ?". En effet, par manque de temps, Weblogues risque de passer en version allégé, peut-être y aurait-il des solutions car il serait bien dommage de voir un tel outil s'alleger. Heureusement Houssein initiateur de Blogolist reste très actif et Technorati devient disponible en français, mais avec weblogues ce serait encore mieux.

20/01/2004

Les phoneblogs inspirent confiances aux investisseurs ?

Les phoneblogs ou moblogs inspirent apparemment certains investisseurs, si l'ont en croit les 3,2 millions d'euros que Benchmark capital vient d'investir dans NewBay Software (en savoir plus).
Il est vrai que la palette des outils proposés par NewBay est très complète.

19/01/2004

Position sur la LEN (Loi sur la Confiance dans l'Economie Numérique)

Ouvaton publie ce soir un communiqué concernant la LEN. Je m'associe totalement à leur propos, qui sont les plus clairs, les plus complets et les plus précis concernant les problèmes que la LEN pose aux hébergeurs et par ricoché à la liberté d'expression des personnes hébergeant leur site grâce à ces derniers.
D'ailleurs Haut Et Fort à ses débuts a été hébergé chez Ouvaton avant de prendre son indépendance. Voici le communiqué que je fais en quelque sorte mien, à l'exception du passage concernant les emails qui ne concerne pas Haut Et Fort :

"Nous, hébergeurs de sites web et acteurs quotidiens de l'internet, sommes consternés par le texte de la "Loi sur la Confiance dans l'Economie Numérique" voté par l'Assemblée.

Outre le statut des courriels qui reste très ambigu malgré les explications données, deux points principaux nous sont intolérables :
- Les hébergeurs sont promus juges de proximité, et sont obligés de se substituer à la justice sur simple dénonciation ;
- Les fournisseurs d'accès devront filtrer le web étranger.

Ces mesures seraient à la fois attentatoires aux droits fondamentaux des citoyens, inefficaces, contre productives et inapplicables aussi bien techniquement que matériellement.

Concernant la censure des sites web, les hébergeurs de sites web n'ont pas la vocation d'arbitrer entre les différends de nos concitoyens, cela est du strict ressort de l'autorité judiciaire. Nous n'avons pas non plus à prendre un risque financier pour refuser de jouer ce rôle. Dans les affaires de diffamation ou qui touchent au droit des marques par exemple, la justice de première instance est parfois contredite en appel. Comment un hébergeur pourrait-il rendre un avis plus qualifié ?

Actuellement, les sites nazis ou pédophiles, pour reprendre ce qui semble être la préoccupation principale du rapporteur, ne sont pas hébergés en France car les hébergeurs français ont l'obligation de donner l'identité de leurs clients sur réquisition de la justice. Et si cela arrivait, nous ne souhaitons pas qu'un tel site soit simplement fermé par l'hébergeur, mais que ses auteurs soient poursuivis en justice, comme le prévoit la législation actuelle. La suppression du site par l'hébergeur doit faire partie d'une véritable procédure judiciaire qui protège les droits de tous les tiers impliqués.

Le filtrage, s'il semble pouvoir répondre sur le papier au problème des sites condamnés en France et hébergés à l'étranger, est contournable par toute personne motivée. Les personnes mal intentionnées pourront donc continuer leurs activités comme aujourd'hui. D’autant plus que l'immense majorité des fichiers illicites circulent directement entre les internautes.

Comme de très nombreux autres acteurs de l’internet en France, nous demandons donc au gouvernement le retrait pur et simple de ces deux dispositions, qui ne seraient efficaces que pour restreindre la liberté d'expression et d'information des Français, et en aucun cas pour diminuer le piratage et la pédophilie. Concernant la responsabilité des hébergeurs, nous demandons le maintien des dispositions actuelles, c'est à dire qu'un hébergeur ne soit mis en cause pour héberger un contenu jugé illégal que s'il n'a pas agit promptement pour le supprimer après décision de justice."

Identité et réputation en ligne

Un bon billet de Loïc Le Meur assez complet et pratique intitulé "Dépéchez-vous de surveiller et de créér votre identité virtuelle et votre réputation online".

Il donne des exemples intéressants et mets en relation des outils qui doivent l'être à savoir les blogs, les systèmes de social-networking et les moteurs de recherche.

15/01/2004

Chers bloggers d'Haut Et Fort Merci de lire ce billet.

J'ai recopié ci-dessous intégralement un billet du blog Padawan car je suis d'accord mot pour mot notamment avec l'idée. Je vous invite à lire mes précédents billets traitant des menaces pesant sur la liberté d'expression du fait de la Loi sur l'Economie Numérique en passe d'être adoptée.

"En commentaire de mon précédent billet sur la LEN, Morgan suggère ceci :

Monsieur le Rapporteur mériterait de connaître le même sort que George W.Bush et “miserable failure”, histoire de lui montrer comment “Google peut vous proposer en quelques secondes l’identification de sites pertinents d’une de vos requêtes”.
L’idée me paraît excellente, d’autant plus que l’argumentaire de M. Dionis du Séjour implique souvent que la technologie est la réponse miracle à certains problèmes, un syndrome dont souffrent nos amis américains et que, pour ma part, je ne souhaite pas voir se répandre de sitôt de ce côté-ci de l’Atlantique.

Monsieur Jean Dionis du Séjour serait-il un député liberticide prêt à confier nos libertés en gage à des intérêts privés grâce à une confiance aveugle dans la technologie ? Je vous propose donc de participer à un petit jeu qui s’appelle le Google Bombing et popularisé par l’exemple ci-dessus (ou celui, encore plus drôle de weapons of mass destruction). Postez votre bombe Google sur votre weblogue. Ecrivez-ce que vous voudrez, faites simplement attention à bien reprendre le code du lien, tel quel c'est à dire l'expression avec un lien vers le site http://www.jeandionis.com/ :
député liberticide
[Benoit: sur ce point j'ajoute quelque chose par rapport au bilet de Padawan. Essayez vraiment d'expliquer le contexte, car il ne faudrait en aucun cas, insulter ou diffamé Jean Dionis par cette action en effet "liberticide" nest pas exactement un compliment. L'objet est seulement de lui démontrer par l'exemple que les choses sont plus complexes que ce qu'il prétend. Par exemple vous pouvez insérer ce lien avec ce texte dans une question : on est peut-être en droit de se demander si cette loi passe si on ne pourra pas parler d'un député liberticide]

P.S. : pour les curieux, voici l’origine de la première Google Bomb de l’histoire."

Fin de citation ! Merci Padawan. Concrètement je précise que cela signifie que d'ici quelques jours il est fort possible que lorsqu'on tapera "député liberticide" dans Google le site du député sera en tête des résultats. Faudra-t-il continuer à croire que les réponses de Google sont si pertinentes que veut bien nous le dire Mr Dionis.

Attirer l'attention des dangers de la Loi sur l'Economie Numérique

Excellente initiative de Padawan sur la Loi sur l'Economie Numérique. Je pense que le but de son badge est avant tout d'être repris donc je le fais et vous invite à le faire.

Un lien vers son billet qui accompagne le badge.
Malgrès son chat hier sur le Journal du Net on peut se demander si le rapporteur de cette loi n'est pas un député liberticide en effet ses propos sont d'une légèreté déconcertante, je cite :

Comment pensez-vous que Google peut vous proposer en quelques secondes l'identification de sites pertinents d'une de vos requêtes et que les FAI ne pourraient faire de reconnaissance textuelle.
En effet, si les choses sont si simples que cela il faudrait donc croire Google qui d'ici quelques jours sur la requète "député liberticide" affichera fièrement le site de Jean Dionis en tête des résultats pour la simple raison que plusieurs blog comme moi on mis ce lien dans un billet. D'ailleurs mon blog est en tête sur le mot clés cordonniers
Comment soutenir qu'une recherche textuelle est si simple que cela à mettre en place. Si c'était aussi simple, Google ne serait pas seul en tête des moteurs grâce à sa technologie justement complexe. Ensuite, que ferons les petits hébergeurs qui n'ont pas les moyens financiers de mettre en place des technologies de filtrage coûteuses ?

C'est vraiment dommage de lire dans un chat un site faible esprit d'ouverture de la part d'un député qui a part ailleurs un site web très bien fait avec une vrai communication en ligne. Par contre son site ne comporte pas de forums, il a du anticiper le passage de sa loi et en aurait tout de même tirer les conséquences pour lui-même ;-)

13/01/2004

Excellent article sur les conséquences du projet de LEN

01Net explique très bien les conséquences désastreuses pour les hébergeurs (et donc pour les plates-formes de blogging) du projet de loi sur la Nouvelle Economie Numérique : Loi de l'Internet : ce qui va changer.

Si cette loi passe telle qu'elle est actuellement, voici concrètement quelles peuvent en être les conséquences :
Si quelqu'un me demande de fermer votre blog, pour quelque raison que ce soit, en me menacant par exemple d'une action en justice soit je refuse et je choisis de me défendre soit je le ferme.
Dans le premier cas, je prends le risque de perdre déjà énormement de temps mais aussi éventuellement de l'argent si je prends quelqu'un pour me défendre et surtout Haut Et Fort peut être exposé à des sanctions civiles voir peut-être même pénales[1].
Dans le deuxième cas, cela me semble beaucoup plus tranquille, puisque la seul le blogger peut se retourner contre moi.

Malheureusement je peux déjà vous dire que si ce type de cas, certes rare mais il suffit d'un pour risquer d'être condamné, se produit je devrais sans doute fermer le blog. Si la loi passe en l'état j'intégrerais cela dans les conditions d'utilisation d'Haut Et Fort.

Je trouve cela fort regrettable j'ai déjà écrit plusieurs billets sur ce sujet pourtant les médias traitant de blogging à ce jour ne semblent pas s'y intéresser (à l'exception notable de PointBlog), ni d'ailleurs les responsables de plate-forme de blogging (Journal Intime à par contre pris la mesure du problème) [ajout du 17 janvier : u-blog a pris la mesure du problème et prévient très clairement ses bloggers de l'enjeu de cette loi - Bravo, c'est efficace], cela va peut être changer mais il risque alors d'être déjà trop tard.

La seule action concrète à mener me semble être d'en parler sur votre blog si vous en avez un et d'envoyer un courrier à votre député.

[1] Extrait de 01Net : "De fait, les hébergeurs se voient attribuer une mission de recherche de contenus illicites, puisque le seul fait de les héberger est un délit".

Je met à jour ponctuellement ce billet : d'excellentes sources dans ce billet du blog Bigorno. Via Bigorno toujours cette action de l'Association des Fournisseurs d'Accès qui faut vraiment encourager car je crois qu'ils soient les seuls à pouvoir faire le poids et à mener des actions significatives, voir le site de l'AFA http://www.afa-france.com/