Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2004

Pendant ce temps là, en Colombie....

1ère journée Internationale des Séquestrés - Libérez Ingrid Betancourt

(Copier-coller du blog de Richard Menneveux car c'est important et on en parle peu)Ingrid Betancourt, sénatrice de Colombie est détenue par les FARC (Forces armées révolutionnaires colombiennes) depuis février 2002, alors qu’elle se portait candidate aux élections présidentielles.

A 42 ans, Ingrid mène alors une lutte implacable contre la corruption liée au pouvoir des cartels de la drogue et se bat pour un Etat de droit dans son pays.

De nombreux comités de soutien à travers le monde réclament sa libération, ainsi que celle de 3 000 autres otages des Farc.

VOUS AUSSI PARTICIPEZ A CES JOURNEES ET PUBLIEZ SUR VOTRE WEBLOG UN MESSAGE A L'ATTENTION D'INGRID

Plus de 52 villes dans le monde participent ce week-end et autour du 23 février à la 1ère Journée Internationale des Séquestrés, organisée par les Comités Ingrid Betancourt.

Le maire de Rome Walter Veltroni est arrivé vendredi soir à Bogota pour prendre part à une action de solidarité avec Íngrid Betancourt. Tout comme une centaine de manifestants, Walter Veltroni à peint sur un trottoir de Bogota une étoile blanche en l'honneur d'Ingrid.

A midi exactement, comme l'avait demandé Ingrid dans son dernier message, sa famille et ses amis ont commencé à réciter à haute voix le chapelet sur la 7e avenue.

Sa mère a pris le micro, et a évoqué, entre deux sanglots, son "chemin de croix".

"Pendant les 730 jours de ta captivité, nous n'avons cessé une seule seconde de penser à toi", parvient à dire au micro Yolanda Pulecio, habillée de sombre, devant les trois cents sympathisants de sa fille rassemblés à Bogota pour cette commémoration.

Assise au pied de l'estrade, la mère de Clara, qui porte le même prénom, portait sur ses genoux un portrait géant en couleur de sa fille, qui avait refusé d'être libérée par les rebelles après leur prise en otage.

Des ballons blancs gonflés à l'hélium, avec l'inscription "Ingrid libre" sous son portrait, flottaient par centaines dans la foule. Sur un mur en drap blanc long de 30 m, on avait inscrit à l'encre bleue les noms des 1.056 villes du monde entier qui ont nommé Ingrid Betancourt "citoyenne d'honneur".

Le site Ingrid Betancourt

Les commentaires sont fermés.